Cabinet hypnose à Bergerac

Inductions d’hypnose

Échelle de suggestibilité hypnotique de Stanford Forme A

L’établissement d’un rapport avant l’induction initiale

Temps : 5-7 minutes

Il est bien entendu au départ que le sujet consent à être hypnotisé, soit pour satisfaire les buts d’une recherche scientifique ou parce qu’on lui rend un service personnel. L’ensemble des remarques qui vont suivre doit être mémorisé : mais, par contre, la conversation doit prendre une allure naturelle ; donc il ne faut pas lire les remarques directement du texte. Veuillez noter la terminologie légèrement différente proposée pour les sujets expérimentaux et pour les cas thérapeutiques. (Les principales procédures qui suivent dans des sections ultérieures doivent être lues verbatim.)

Le sujet est assis dans la chaise où l’induction aura lieu, et l’opérateur, dans la chaise qu’il va utiliser.

« Nous allons parler un peu avant de commencer. Je veux que vous soyez bien à l’aise. Il sera sans doute plus facile de l’être si je réponds d’abord à quelques-unes de vos questions. Je crois que c’est la première fois que vous faites l’expérience de l’hypnotisme. Est-ce que c’est bien ça ? »

Si le sujet a connu une expérience antérieure, prenez en note les détails de cette expérience. Quand ? Par qui ? Combien de fois ? Continuez, même si le sujet a connu une expérience antérieure, en introduisant les changements nécessaires.

« Les gens qui viennent ici pour la première fois, sont quelquefois un peu mal à l’aise parce qu’ils ne savent pas en quoi consiste l’expérience, ou bien parce qu’ils ont des idées fausses sur ce que c’est. Il est tout à fait naturel d’être curieux au sujet de nouvelle expérience votre curiosité sera satisfaite avant que nous ayons fini, mais vous pouvez mieux obtenir les réponses que vous cherchez en collaborant tout simplement à ce qui va arriver, et en n’essayant pas de comprendre ce qui se passe.

Je veux vous rassurer sur certains points. Premièrement, l’expérience bien qu’elle ne soit pas habituelle, ne semblera pas aussi éloignée de l’expérience de tous les jours, pas autant que vous pouvez le croire. L’hypnotisme dépend surtout de votre désir de m’écouter et de répondre à ce que je vais vous dire, et de laisser mes paroles agir sur vous sans vous y opposer. Ces paroles que je vais vous dire s’appellent suggestions.

Deuxièmement, on ne vous demandera de rien faire pour que vous ayez l’air stupide, ou de faire des choses qui vont vous mettre mal à l’aise. On est ici dans le but de faire une recherche sérieuse.

Troisièmement, et dernièrement, je ne vais pas essayer de connaître vos problèmes personnels, et il n’y aura rien de personnel dans ce que vous allez dire ou faire pendant que vous serz hypnotisé. »

Répondre aux questions en paraphrasant les points suivants :

« Vous vous demandez peut-être pourquoi on fait une expérience. L’hypnotisme est utilisé de plus en plus par les médecins : par exemple par les dentistes pour enlever la douleur, par les médecins pour que les accouchements soient plus faciles, par des psychiatres pour réduire l’anxiété. Si on peut comprendre comment ça marche, on va connaître plus de choses sur les relations entre les idées et l’action, sur la façon par laquelle les gens fonctionnent. Ainsi, en participant à cette expérience vous contribuez à la science, vous contribuez à aider les gens. Nous on essai de comprendre l’hypnotisme. Toutes les personnes peuvent probablement être hypnotisées, mais certaines personnes s’hypnotisent plus facilement que d’autres, même lorsque les deux collaborent. On étudie quelques-unes de ces différences entre les gens.

Est-ce que vous avez d’autres questions ou d’autres commentaires avant que l’on continue ? »

Induction d’hypnose

En notant que derrière les protocoles exposés ci-après le but de l’hypnose est loin d’être simplement technique, mais conserve toujours une visée plus profonde, voire spirituelle.

1A- La chute en arrière

Temps : 2 minutes

L’opérateur et le sujet ont conversé de la façon indiquée dans la section précédente portant sur l’établissement d’un rapport. L’opérateur, toujours assis, continue ( à partir d’ici, lire les instructions verbatim)

« Pour commencer, je veux vous montrer ce que l’on ressent lorsqu’on répond à une suggestion avant l’hypnose. »

En disant ceci, l’opérateur commence à se lever et il adopte la position qu’il aura pour la chute en arrière, en continuant avec :

« Si vous voulez bien, levez-vous et placez vous devant moi en me tournant le dos. »

Si nécessaire, l’opérateur doit guider ou indiquer par des gestes ou par des instructions supplémentaires la position qu’il veut que le sujet adopte, ce qui doit être environ un pied en avant e lui. Si un sujet féminin porte des souliers à talons hauts, on doit lui demander de les enlever, de se mettre en place correctement, puis on donne les instructions suivantes :

« Placez vos pieds bien ensemble, les mains sur le côté. Gardez votre tête droite. »

La tête doit être à un niveau normal. Si nécessaire, placez-la avec vos mains dans la bonne position.

« Maintenant fermez vos yeux et détendez-vous ; il s’agit tout simplement de vous détendre. »

Laissez trente secondes s’écouler et notez la quantité de mouvements ataxiques qui est présente.

À la fin de cette période, la suggestion en quatre parties citée plus bas est donnée avec un ton de voix relativement uniforme et avec un volume moyen, en lisant les instructions verbatim. Notez la grandeur de la réponse maximale et quand elle s‘est produite pour la première fois (i.e. dans laquelle des quatre sections). Si le sujet tombe immédiatement, la suggestion prend fin et il faut aller directement à la section finale (5) de cet item.

(1) « dans un instant, je vais vous demander de penser à tomber en arrière. Je ne sais pas si vous savez que penser à ce mouvement et faire ce mouvement, ça se ressemble beaucoup. Tout de suite après avoir pensé à tomber, vous allez voir que vous avez tendance à tomber. Vous allez voir qu’effectivement vous penchez en arrière, de plus en plus en arrière, jusqu’au moment où à force de pencher, vous allez tomber. Lorsque ceci se produira, laissez-vous tomber.

Je suis placé derrière vous et je vous promets que je ne vous laisserai pas tomber très loin. Tenez… Voici comment ça va se passer. »

Saisissez le sujet par les épaules et tirez-le vers l’arrière doucement mais fermement jusqu’à ce qu’il tombe. L’action de tomber signifie uniquement la perte d’équilibre : l’opérateur attrape le sujet avant qu’il ne tombe très loin. Le fait d’être placé à un pied derrière le sujet facilite l’action de placer les mains derrière les épaules et d’arrêter la chute d’un sujet même plus lourd que l’opérateur. Si le sujet démontre une certaine résistance à tomber, faites-le lui remarquer et avertissez-le de ne pas résister de cette façon.

(2) « Bon, ça va… Écoutez attentivement ce que je vous dis et pensez à vous laisser aller par en arrière, à tomber par en arrière. Très bientôt, vous allez commencer à pencher par en arrière. Vous allez pencher par en arrière, de plus en plus en arrière.

(3) Vous commencez maintenant à pencher par en arrière. Vous penchez en arrière. De plus en plus en arrière. Vous penchez en arrière. Vous penchez de plus en plus en arrière. Vous penchez de plus en plus en arrière. Vous vous en allez par en arrière, par en arrière.

(4) Vous tombez en arrière, vous penchez par en arrière, vous tombez en arrière, vous penchez par en arrière, vous tomber en arrière, vous tombez en arrière, vous tomber en arrière… Vous tombez, vous tombez, vous tombez… tombez ! (Scorer ici)

(5) (Si la chute ne se produit pas) C’est très bien. Maintenant, vous voyez comment le simple fait de penser à tomber produit la tendance à tomber.

Si vous vous laissez aller à faire ce que je dis, vous serez capable d’âtre hypnotisé. Maintenant, je veux que vous vous laissiez aller et que vous tombiez réellement, amis attendez que la tendance à tomber soit assez forte. »

(Répétez les paragraphes (2), (3) et (4) ci-dessus) Si le sujet ne tombe pas avec ces suggestions, répétez les instructions de nouveau de façon à produire une chute volontaire. Chaque sujet doit tomber avant de passer aux instructions suivantes, bien que, évidemment, une telle chute ne soit pas enregistrée comme un succès.

(Après la chute) « Bon, vous savez maintenant comment on se sent lorsqu’on accepte des suggestions et qu’on agit en accord avec des suggestions. »

(5) (Si la chute se produit) « C’est très bien. Maintenant, vous voyez comment le fait de penser à un mouvement produit une tendance à faire ce mouvement. »

Faites asseoir le sujet dans la chaise, et enregistrez le score. Le score (+) si la chute se produit pendant la première lecture des paragraphes (2) à (4) ci-dessus. Allez à l’item 2A la fermeture des yeux.

2A- La fermeture des yeux

Temps : 15 minutes

Induction d’hypnothérapie

Un petit objet brillant (un bouton, une punaise en métal, etc.) est placé de telle façon qu’un sujet assis doit lever les yeux pour le voir. Il peut être posé au plafond, au moins à six pieds des yeux du sujet. Un sujet qui porte des lunettes doit les garder ; les lentilles cornéennes doivent être enlevées. Le sujet est confortablement assis dans un fauteuil droit bien rembourré, dont le dossier est suffisamment élevé pour appuyer sa tête. Ce qui suit est une procédure d’indiction standard, donc les sections individuelles sont chronométrées afin d’indiquer une vitesse de lecture approximative.

« Regardez bien cette petite boule située au-dessus et en avant de vous. » (Si nécessaire, montrez-la du doigt.)

(1) « Maintenant, je veux que vous vous assoyiez confortablement, une main sur chaque bras de la chaise, et que vous regardiez droit devant vous. Je vais bientôt vous donner des instructions qui vont vous aider à vous détendre et qui, graduellement, vont vous hypnotiser. Faites simplement vous détendre et gardez une position confortable. Maintenant, tournez vos yeux vers le haut et regardez la petite boule. Soulevez votre tête juste assez pour que vous puissiez la regarder sans trop vous fatiguer. (si le sujet porte des lunettes : et afin que vous puissiez regarder à travers vos lunettes). Je veux que vous regardiez continuellement la boule et, pendant que vos yeux y sont fixés, que vous écoutiez ce que je vous dis. Votre habilité à être hypnotisé dépend en partie de votre collaboration et en partie de votre concentration sur la petite boule et sur mes paroles. Vous avez été bien aimable de venir ici, et si vous voulez bien maintenant, je peux vous aider à devenir hypnotisé. Vous pouvez être hypnotisé seulement si vous le voulez. Je pense que vous le voulez et que vous faites de votre mieux pour collaborer en vous concentrant sur la boule, en écoutant mes paroles, et en laissant arriver tout ce que vous avez l’impression qui va se produire. Laissez-les arriver. Si vous écoutez attentivement ce que je vais vous dire et que vous pensez aux choses auxquelles je vous demande de penser, vous pouvez facilement sentir ce que c’est d’être hypnotisé. Il n’y a rien d’apeurant, rien de mystérieux dans l’hypnotisme. C’est une conséquence parfaitement normale de certains principes psychologiques. C’est tout simplement un état d’intérêt très fort pour quelque chose de particulier. Dans un sens, vous êtes hypnotisé lorsque vous regardez un bon spectacle, que vous oubliez ce qui se passe autour de vous, et que vous sentez que vous participer à l’action. Bien des gens vous disent que le fait d’être hypnotisé ressemble au fait de dormir. La différence, c’est qu’une personne hypnotisée continue à entendre une voix, en même temps qu’elle éprouve différentes sensations. D’une certaine façon, une personne hypnotisée, c’est comme un somnambule ; cependant, l’hypnotisme ne se produit pas tout à fait de la même façon pour tout le monde. Dans un sens, la personne hypnotisée est tout comme un somnambule, parce qu’elle peut continuer à faire différentes choses compliquées, tout en restant hypnotisée. Tout ce que je vous demande, c’est de continuer à être attentif et intéressé, et de continuer à coopérer comme vous avez coopéré jusqu’à maintenant. Je ne ferai rien qui va vous mettre mal à l’aise. La plupart des gens, trouvent que c’est une expérience bien intéressante à faire. (temps : 2min 30)

Si les yeux se ferment, allez au paragraphe 2A (2) et continuez jusqu’à 2A (7)

(2) Faites simplement vous détendre. Ne soyez pas tendu. Gardez vos yeux sur la boule. Regardez-la aussi constamment que possible. Si vous yeux s’en éloignent, ce n’est rien… faites simplement ramener vos yeux sur la boule. Après quelques temps, vous trouverez peut-être que la boule devient embrouillé, ou que parfois elle bouge, ou encore, qu’elle change de couleur. C’est très bien. Si vous tombez en relaxation profonde, c’est aussi très bien. Quoi qu’il arrive, laissez-vous faire et continuer à regarder la boule. A un moment donné, cependant, vos yeux seront tellement fatigués, seront tellement lourds, que vous ne serez pas capable de les garder ouverts plus longtemps et ils se fermeront, peut-être bien malgré vous. Lorsque vos yeux voudront se fermer, laissez-les faire. (temps : 45 sec)

Si les yeux se ferment, allez au paragraphe 2A (2) et continuez jusqu’à 2A (7)

(3) Détendez-vous complètement. Détendez chacun des muscles de votre corps. Détendez les muscles de vos jambes… détendez les muscles de vos pieds… Détendez les muscles de vos bras… de vos doigts… Détendez les muscles de votre cou, de votre poitrine… Détendez tous les muscles de votre corps… Laissez-vous devenir mou, mou, mou. Détendez-vous de plus en plus. Détendez-vous complètement. Détendez-vous complètement. Détendez-vous complètement. (temps : 30 sec)

Si les yeux se ferment, allez au paragraphe 2A (3) et continuez jusqu’à 2A (7)

(4) Vos yeux sont fatigués de fixer la boule. La lourdeur de vos paupières augmente. Bientôt vous ne serez plus capable de garder vos yeux ouverts. Bientôt, vos yeux vont se fermer tous seuls. Vos paupières seront trop lourdes pour rester ouvertes. Vos yeux sont fatigués de fixer la boule. Vos yeux deviennent humides à cause de la fatigue. Vous devenez de plus en plus fatigué et endormi. La fatigue de vos yeux devient de plus en plus grande, de plus en plus grande. Il serait tellement agréable de fermer vos yeux, de vous détendre complètement.et d’écouter simplement ma voix qui vous parle tout en restant relaxer. Vous aimeriez fermer vos yeux et vous détendre complètement, vous détendre complètement. Vous allez bientôt atteindre votre limite. La fatigue va être si grande, vos yeux seront si fatigués, vos paupières deviendront si lourdes, que vos yeux se fermeront tout seuls, se fermeront tout seul. (temps : 60 sec)

Si les yeux se ferment, allez au paragraphe 2A (4) et continuez jusqu’à 2A (7)

(5) Vos paupières deviennent lourdes, très lourdes. Vous êtes détendu, très détendu. Il y a un sentiment agréable de chaleur et de lourdeur qui s’étend à travers votre corps. Vous êtes fatigué et relaxé. Fatigué et relaxé. Relaxé. Relaxé. Relaxé. Écoutez attentivement ma voix. Ne portez attention à rien d’autre que ma voix. Vos yeux deviennent embrouillés. Vous avez de la difficulté à voir. Vos yeux son fatigué. La fatigue devient de plus en plus grande, de plus en plus grande. (temps 30 sec)

Si les yeux se ferment, allez au paragraphe 2A (5) et continuez jusqu’à 2A (7)

(6) Vos paupières sont lourdes, lourdes comme du plomb elles deviennent de plus en plus lourdes, de plus ne plus lourdes. Elles poussent par en bas, par en bas, par en bas. Vos paupières semblent appesanties, appesanties paar du plomb, lourdes comme du plomb… Vos yeux clignotent, clignotent, clignotent… ils se ferment… se ferment… Temps : 15 sec

Si les yeux ne sont pas encore fermés

Bientôt vos yeux vont se fermer tout seuls, mais vous n’avez plus besoin de les fatiguer. Vous avez bien concentré vos yeux sur la boule, et vous êtes devenu détendu et relaxé. Maintenant nous sommes arrivés au moment où vous pouvez simplement les laisser se fermer. (S’il n’y a pas de réponse : c’est ça, maintenant, fermez-les.)

Vers la transe

(7) Vous êtes maintenant confortablement détendu, mais vous allez vous détendre encore plus, beaucoup plus. Vos yeux sont maintenant fermés. Vous allez gardez vos yeux fermés jusqu’à ce que je vous dise le contraire, ou jusqu’à ce que je vous dise de vous réveiller… Vous vous sentez fatigué et relaxé. Continué simplement d’écouter ma voix. Écoutez-la attentivement. Concentrez vos idées sur ce que je dis, faites simplement écouter. Vous allez devenir beaucoup plus fatigué et relaxé. Bientôt vous serez profondément relaxé, mais vous allez continuer à m’entendre. Vous ne vous réveillerez pas jusqu’à ce que je vous dise de le faire. Je vais maintenant commencer à compter. À chaque chiffre, vous allez avoir l’impression de descendre, de descendre dans une relaxation profonde, confortable, dans une relaxation reposante. Une relaxation qui v vous permettre de faire toutes sortes de choses que je vous demanderai de faire. Un – vous allez devenir profondément relaxé… Deux – descendant, descendant dans une relaxation profonde. Trois, quatre – de plus en plus, de plus en plus relaxé… Cinq, six, sept – Vous sombrez, vous sombrez dans une relaxation profonde. Rien ne vous dérangera. Écoutez uniquement ma voix et les choses que je vous dis. Je veux que vous continuiez à parter attention à ma voix et aux choses que je vous dis… Huit – neuf – dix – onze – douze – de plus en plus profondément, toujours de plus en plus profondément relaxé. Treize – Quatorze – quinze – bien que vous soyez profondément relaxé, vous pouvez m’entendre indépendamment de la profondeur de relaxation que vous sentez avoir atteint… Seize – dix-sept – dix-huit – profondément relaxé, complètement relaxé. Rien ne vous dérangera. Vous allez ressentir plusieurs choses que je vous dirai de ressentir… Dix-neuf – vingt – Profondément relaxé ! Vous ne vous réveillerez pas avant que je vous dise de le faire. Vous allez désirer relaxer et ressentir les choses que je vais vous décrire maintenant. Temps : 2 min

→Enregistrez le score. Le score (+) si les yeux se ferme avant le dernier paragraphe (6) au-dessus, c’est-à-dire avant une requête spécifique de les fermer. Allez à l’item 3A, l’abaissement de la main.

2A – La fermeture des yeux

Pour ceux qui ferment très tôt les yeux

Aussitôt que les yeux se ferment, terminez la phrase de façon appropriée et dites alors :

Vous êtes confortablement détendu, mais vous allez être beaucoup plus détendu, beaucoup plus. Vos yeux sont fermés maintenant. Gardez vos yeux fermés jusqu’à ce que je vous dise de les ouvrir ou jusqu’à ce que je vous dise de vous réveiller.

Alors choisissez le paragraphe approprié et continuez avec les suggestions suivantes, lesquelles assument toutes que les yeux sont déjà fermés. Si les yeux s’ouvrent à nouveau, dites au sujet de les fermer.

(2) Détendez-vous simplement. Ne soyez pas tendu. Écoutez attentivement ma voix. Essayez de l’écouter attentivement autant que vous le pouvez. Si votre attention s’éloigne de ma voix, ça ne fait rien… ramenez tout simplement votre attention à ma voix. Après un certain temps, vous trouverez peut-être que ma voix semble devenir faible ou qu’elle s’éloigne de vous, ou encore, qu’elle devient différente. Cela est très bien. Si vous devenez plus relaxé, cela est également très bien. Quoi qu’il arrive, laissez-le arriver et continuez simplement à écoutez ma voix pendant que vous devenez de plus en plus détendu. Écoutez simplement et détendez-vous. Peu importe ce qui va arriver, laissez-le simplement se produire.

(3) Détendez-vous complètement. Détendez chacun des muscles de votre corps. Détendez les muscles de vos jambes… Détendez les muscles de vos pieds… Détendez les muscles de vos mains, de vos doigts… Détendez les muscles de votre cou, de votre poitrine… Détendez tous les muscles de votre corps. Laissez-vous devenir mou, mou, mou. Détendez-vous de plus en plus. Détendez-vous complètement. Détendez-vous complètement. Détendez-vous complètement.

(4) Alors que vous vous détendez de plus en plus, un sentiment de lourdeur s’empare de votre corps. Un sentiment de lourdeur s’empare de vos jambes et de vos bras… se répand dans vos pieds et dans vos mains… dans votre corps tout entier. Vos jambes semblent lourdes et molles, lourdes et molles… vos bras sont lourds, sont lourds… votre corps entier semble lourd, de plus en plus lourd. Comme du plomb. Vous commencez à vous sentir fatigué, fatigué et relaxé. Votre respiration devient lente et régulière. Vous devenez fatigué et relaxé, de plus en plus fatigué et relaxé, alors que votre corps entier devient de plus en plus détendu, de plus en plus détendu.

(5) Vous êtes détendu, tout à fait détendu. Mais vous pouvez être encore plus détendu si vous vous permettez de l’être. Vous allez bientôt atteindre un état de relaxation, de détente complète. Vous devenez de plus en plus fatigué et relaxé. Il y a un sentiment agréable de chaleur et de lourdeur qui s’étend à travers votre corps. Vous vous sentez tellement détendu, tellement relaxé. Plus rien ne vous intéresse, excepté ma voix. Pendant ce temps, vous continuez à devenir de plus en plus profondément détendu.

(6) Vous êtes détendu, très détendu. Il y a un sentiment agréable de chaleur et de lourdeur, de léthargie, à travers votre corps. Vous êtes fatigué et relaxé. Fatigué et relaxé. Relaxé. Relaxé. Vous voulez uniquement écouter ma voix. Ne portez pas attention à rien d’autre qu’à ma voix. Vous n’avez aucun souci, aucune inquiétude maintenant. Vous êtes agréablement, profondément détendu, devenant plus profondément détendu à chaque instant. Toute autre chose que ma voix devient éloignée, tout à fait éloignée. Rien d’autre que ma voix ne semble important, rien d’autre n’est important. Rien ne vous semble intéressant, maintenant, si ce n’est ma voix et ce que j’ai à vous dire. Et même ma voix peut vous parvenir comme dans un rêve, à mesure que vous vous détendez de plus en plus, à mesure que vous sombrez plus profondément dans cette léthargie, dans cet état profond de détente. Détendez-vous, détendez-vous… profondément détendu. De plus en plus profondément à chaque instant.

(7) Vous vous sentez fatigué et relaxé. Continuez simplement à écoutez ma voix. Écoutez-la très attentivement. Concentrez vos idées sur ce que je dis – écoutez simplement. Vous allez devenir beaucoup plus fatigué et relaxé. Bientôt, vous allez être profondément relaxé, mais vous allez continuer de m’entendre. Vous ne vous réveillerez pas avant que je vous dise de le faire. Je vais maintenant commencé à compter. À chaque chiffre, vous allez avoir l’impression de descendre, de descendre dans une relaxation profonde, confortable, dans une relaxation reposante. Une relaxation qui v vous permettre de faire toutes sortes de choses que je vous demanderai de faire. Un – vous allez devenir profondément relaxé… Deux – descendant, descendant dans une relaxation profonde. Trois, quatre – de plus en plus, de plus en plus relaxé… Cinq, six, sept – Vous sombrez, vous sombrez dans une relaxation profonde. Rien ne vous dérangera. Écoutez uniquement ma voix et les choses que je vous dis. Je veux que vous continuiez à parter attention à ma voix et aux choses que je vous dis… Huit – neuf – dix – onze – douze – de plus en plus profondément, toujours de plus en plus profondément relaxé. Treize – Quatorze – quinze – bien que vous soyez profondément relaxé, vous pouvez m’entendre indépendamment de la profondeur de relaxation que vous sentez avoir atteint… Seize – dix-sept – dix-huit – profondément relaxé, complètement relaxé. Rien ne vous dérangera. Vous allez ressentir plusieurs choses que je vous dirai de ressentir… Dix-neuf – vingt – Profondément relaxé ! Vous ne vous réveillerez pas avant que je vous dise de le faire. Vous allez désirer relaxer et ressentir les choses que je vais vous décrire maintenant.

→Enregistrez le score. Le score (+) si les yeux se ferme avant le dernier paragraphe (6) au-dessus, c’est-à-dire avant une requête spécifique de les fermer. Allez à l’item 3A, l’abaissement de la main.

3A- L’abaissement de la main

Introduction

Maintenant que vous êtes détendu et relaxé, et que vous écoutez ma voix, sans effort, je vais vous montrer comment vos idées peuvent influencer vos actions, dans cet état. Tout le monde ne ressent pas tout à fait les mêmes choses, et peut-être bien que vous ne ressentirez pas tout ce que je vais vous dire. Cela sera très bien. Mais vous ressentirez au moins quelques-unes des expériences et vous les trouverez intéressantes. Vous allez simplement ressentir ce que vous pouvez. Portez bien attention à ce que je vous dis et surveillez ce qui arrive. Laissez arriver tout ce qui va arriver, même si ce n’est pas ce que vous attendez.

Instructions proprement dites

Veuillez étendre votre bras gauche tout droit, avec la paume de votre main par en bas. (si nécessaire, l’opérateur place le bras du sujet dans la position requise.) C’est ça. Je veux que vous portiez bien attention à votre main, à ce qu’elle ressent, à ce qui lui arrive. À mesure que vous vous concentrez sur votre main, vous êtes plus conscient de celle-ci que vous ne l’avez jamais été – vous remarquez si elle est chaude ou froide, si elle ressent un petit picotement, si vos doigts ont tendance à se contracter, même légèrement… c’est bien, je veux que vous portiez bien attention à cette main parce que quelque chose de très intéressant va lui arriver. Elle commence à devenir lourde… de plus en plus lourde… comme si quelque chose de pesant tirait votre main et votre bras par en bas… vous pouvez vous imaginer quelque chose de pesant sur votre main… et qu’à mesure qu’elle se sent de plus en plus lourde, elle commence à bouger… tout comme si quelque chose la tirait vers le bas… un petit peu par en bas… de plus en plus… bas… et à mesure que je compte, elle devient de plus en plus lourde et descend de plus en plus bas. Un – en bas… Deux – en bas… Trois – en bas… Quatre – en bas, de plus en plus bas… Cinq – en bas…Six – en bas… Sept… Huit… de plus en plus lourde, de plus en plus bas… Neuf… Bas… Dix… de plus en plus en plus lourde… de plus en plus…

A moins que la main ne soit tout à fait en bas, allouez dix secondes, notez la portée du mouvement, alors continuez :

(Si la main n’est pas tout à fait en bas) : - C’est bien… maintenant laissez simplement votre main descendre plus bas jusqu’à sa position normale sur le bras de votre chaise, et détendez-vous. Vous avez sûrement constaté comment votre bras et votre main se sentaient lourds et fatigués – beaucoup plus qu’ils ne le seraient normalement, si vous les teniez de cette façon pendant un certain temps ; vous avez probablement constaté que quelque chose semblait les tirer par en bas. Maintenant, faites simplement vous détendre… votre main et votre bras sont maintenant de nouveau tout à fait confortables. Là, c’est fait… faites simplement vous détendre.

(si la main est tout à fait en bas) : - c’est bien… laissez simplement votre main se reposer là sur le bras de la chaise et détendez-vous. Votre main et votre bras sont maintenant de nouveau tout à fait confortables. Là, c’est fait… faites simplement vous détendre.

→Enregistrez le score (+) si la main s’est abaissée d’aux moins six pouces à la fin de la période de dix secondes. Allez à l’item 4A, l’immobilisation du bras.

4A- L’immobilisation du bras (bras droit)

Temps : 1min 20

Vous êtes très détendu. La lourdeur générale que vous avez ressentie de temps en temps ; vous la ressentez maintenant dans tout votre corps. Maintenant, je veux que vous portiez bien attention à votre main droite et à votre bras droit… Votre main et votre bras se sentent lourds… Votre main droite se sent tellement lourde… et constatez, pendant que vous pensez à cette lourdeur dans votre main et dans votre bras, comment la lourdeur semble s’accroître encore plus… Maintenant votre bras devient lourd, très lourd. Maintenant que votre main devient lourde… tellement lourde… comme du plomb… peut-être qu’un peu plus tard vous aimeriez pouvoir constater comme votre main est lourde… elle semble beaucoup plus lourde pour être soulevée, mais peut-être que vous pouvez la soulever un peu, malgré qu’elle soit si lourde, bien que déjà elle est peut-être trop lourde, même pour essayer ça… Pourquoi ne constatez-vous pas vous-même comme elle est lourde… Essayez simplement de lever votre main en l’air, essayez simplement. Essayez simplement de lever votre main en l’air, essayez. (Allouez 10 sec)

(Si la main lève) : - C’est bien. Vous pouvez constater comment pour la soulever, vous avez rencontré une certaine résistance, à cause de l’état de détente dans lequel vous êtes. Maintenant, placez votre main de nouveau sur le bras de la chaise et détendez-vous. Votre main et votre bras sont de nouveau à l’état normal. Ils ne sont plus lourds. Faites simplement vous détendre, détendez-vous complètement.

(Si la main ne se lève pas) : - C’est bien… arrêtez d’essayer… faites simplement vous détendre. Votre main et votre bras sont maintenant dans leur état normal. Ils ne sont plus lourds. Vous pouvez les lever si vous le désirez, mais n’essayez pas maintenant. Faites simplement vous détendre… détendez-vous complètement.

→ Enregistrez le score. Le score (+) si le bras s’élève moins d’un pouce au cours de la période de dix secondes. Allez à l’item 5A, la fermeture des doigts.

5A – La fermeture des doigts

Temps : 1min

Maintenant, essayons autre chose. Placez vos doigts ensemble. Joignez vos doigts. C’est ça. Serrez vos mains solidement ensemble. Constatez comment vos doigts deviennent solidement entrelacés… si solidement entrelacés que vous vous demandez s’il est possible de séparer vos doigts et vos mains… Vos doigts sont serrés ensemble, solidement entrelacés… et je veux que vous essayez de séparer vos mains… essayez maintenant… (Allouez 10 sec)

(Si les mains se séparent) : - C’est très bien. Vous avez constaté comme il était difficile de commencer à les séparer. Maintenant, replacez vos mains dans une position de repos et détendez-vous… faites simplement vous détendre.

(Si les mains ne se sont pas séparées) : - Arrêtez d’essayer et détendez-vous… Vos mains ne sont plus du tout serrées solidement ensemble… vous pouvez les séparer… Séparez-les, replacez-les sur les bras de la chaise et détendez-vous… faites simplement vous détendre.

→ Enregistrez le score. Le score (+) si les doigts ne sont pas complètement séparés après dix secondes. Allez à l’item 6A, la rigidité du bras.

6A – La rigidité du gras (bras gauche)

Temps : 1 min

Veuillez étendre tout droit votre bras gauche, et serrez le poing… le bras étendu tout droit, le poing serré. Je veux que vous portiez attention à ce bras et que vous imaginiez qu’il devient dur… de plus en plus dur… très dur… et maintenant vous constatez que quelque chose arrive à votre bras… vous constatez qu’une sensation de dureté s’empare de lui… il devient dur… de plus en plus dur… rigide… comme une barre de fer… et vous savez comment il est difficile… comment il est impossible de plier une barre de fer comme votre bras… Constatez que votre bras est comme une barre de fer… vérifiez comme il est dur et rigide… essayez de le plier… essayez. (Allouez 10 sec)

(Si le bras plie) : - c’est bon. Je veux que vous ressentiez plusieurs choses. Vous avez ressenti la dureté envahissante… vous avez eu a dépenser beaucoup d’efforts pour parvenir à plier votre bras. Replacez votre bras dans sa position de repos. Il n’est plus dur maintenant… À mesure que votre bras se détend, laissez votre corps entier se détendre aussi.

(Si le bras ne plie pas) : - Maintenant, détendez-vous… arrêter d’essayer de plier votre bras… Il n’est plus dur maintenant… laissez-le se détendre et se replacer sur le bras de la chaise… Faites simplement vous détendre.

→ Enregistrez le score. Le score (+) si le bras ne plie pas plus que dix pouces en dix secondes. Allez à l’item 7A, le déplacement des mains.

7A – Le déplacement des mains (ensemble)

Temps : 1 min

Veuillez tenir vos deux mains en avant de vous, les paumes vers l’intérieur en laissant environ un pied entre les deux. Tenez, je vais vous aider (prenez les mains du sujet et placez-les à environ un pied l’une de l’autre).

Maintenant, je veux que vous imaginiez qu’une force attire vos mains l’une vers l’autre, les attire ensemble. Pendant que vous pensez à cette force qui attire vos deux mains ensemble, lentement au début, mais elles vont se rapprocher plus près l’une de l’autre, de plus en plus près, comme si une force agissait sur elles… Elles se rapprochent… se rapprochent… plus près, plus près… (Allouez dix secondes sans autres suggestions, et constatez l’ampleur du mouvement)

(Si les mains ne se sont pas touchées) : - C’est bien. Vous constatez de nouveau comment le fait de penser à un mouvement produit une la tendance à faire ce mouvement. Laissez-moi vous montrer jusqu’où vos mains auraient dû bouger pour se joindre ensemble. (Prenez les mains du sujet et rapprochez-les ensemble assez rapidement)

(Si les mains se sont touchées) : - C’est bien. Maintenant, replacez vos mains sur les bras de la chaise et détendez-vous.

→ Enregistrez le score. Le score (+) si les mains ne sont pas plus éloignées que six pouces à la fin de la période de dix secondes. Allez à l’item 8A, l’inhibition verbale.

8A – L’inhibition verbale (le nom)

Temps : 50 sec

Vous êtes maintenant détendu… profondément détendu… pensez jusqu’à quel point il serait difficile de parler pendant que vous êtes si profondément détendu… peut-être aussi difficile de parler que lorsque vous êtes endormi. Je me demande si vous pouvez dire votre nom : je pense vraiment que vous ne le pouvez pas… mais je pense que vous trouverez que c’est très difficile… pourquoi n’essaieriez-vous pas de dire votre nom maintenant… essayez tout simplement de le (Allouez 10 sec)

(Si le nom est donné) : - C’est très bien. Vous voyez encore comme vous devez faire un effort pour faire quelque chose d’aussi facile, normalement, que de dire son nom. Vous pouvez le dire beaucoup plus facilement maintenant. Dites-le encore… c’est très bien, maintenant détendez-vous.

(Si le nom n’est pas prononcé) : - C’est très bien… arrêtez d’essayer et détendez-vous… vous pouvez maintenant dire facilement votre nom… allez, dites-le… C’est très bien. Maintenant, détendez-vous.

→ Enregistrez le score. Le score (+) si le nom n’est pas donné en dix secondes. Allez à l’item 9A, l’hallucination.

9A – L’hallucination

Temps : 55 sec

Je suis sûr que vous avez si bien porté votre attention à ce que nous venons de faire que vous n’avez pas remarqué la mouche qui bourdonne autour de vous… mais maintenant que j’attire votre attention sur elle, vous devenez de plus en plus conscient de cette mouche qui tourne autour de votre tête… de plus en plus près de vous… bourdonnant de façon agaçante…Écoutez le bourdonnement qui devient plus fort à mesure qu’elle fonce sur vous… vous ne vous préoccupez pas beaucoup pour cette mouche… vous aimeriez la chasser au loin… vous en débarrasser. Elle vous dérange. Allez-y et débarrassez-vous-en si vous le voulez… (Allouez 10 sec)

Tenez, elle s’en va… elle est partie… et elle ne vous dérangera plus… il n’y a plus de mouche. Faites simplement vous détendre, détendez-vous complètement.

→ Enregistrez le score. Le score (+) pour n’importe quelle grimace, n’importe quel mouvement, pour toute reconnaissance d’un effet. Allez à l’item 10A, la catalepsie des yeux.

10A – La catalepsie des yeux

Temps : 35 sec

Vos yeux sont restés fermés depuis longtemps pendant que vous êtes demeuré détendu. En ce moment, ils sont solidement fermés, solidement fermés… Si vous tentiez de les ouvrir maintenant, vous auriez tout probablement l’impression que vos paupières sont collées ensemble… solidement collées ensemble… Peut-être que bientôt vous aimeriez bien essayez d’ouvrir vos yeux malgré le fait qu’ils semblent si lourds et si complètement… si solidement fermés. Essayez simplement… essayez d’ouvrir vos yeux. (Allouez 10 sec)

(Si les yeux s’ouvrent) : - c’est bien, refermez vous yeux. Vous avez eu la chance de constater comme ils étaient solidement fermés. Maintenant, détendez-vous… gardez simplement vos yeux fermés et détendez-vous.

(Si les yeux demeurent fermés) : - maintenant détendez-vous… Arrêtez d’essayer. Vos yeux sont de nouveau normaux, gardez-les simplement fermés et détendez-vous.

→ Enregistrez le score. Le score (+) si les yeux demeurent fermés à la fin de la période de dix secondes. Allez à l’item 11A, la suggestion post-hypnotique.

11A – La suggestion post-hypnotique (changer de chaise) ; amnésie

Temps : 2min 30sec

Demeurez profondément détendu et portez bien attention à ce que je vais vous dire maintenant. Dans un instant, je vais commencer à compter à rebours de 20 jusqu’à 1. Vous allez graduellement vous réveiller, mais pendant la plupart du temps où je vais compter, vous allez encore demeurer dans l’état où vous êtes maintenant. Au moment où je dirai cinq, vous allez ouvrir vos yeux, mais vous ne serez pas complètement réveillé. Lorsque je dirai un, vous allez être parfaitement réveillé, dans votre état normal d’éveil. Vous aurez probablement l’impression que vous avez dormi parce que vous aurez de la difficulté à vous rappeler toutes les choses que je vous ai dites et toutes les choses que vous avez faites ou ressenties. En fait, vous allez constater que l’effort qui vous est demandé pour vous rappeler n’importe quelle de ces choses est si grande que vous n’aurez pas le goût de le faire. Il sera beaucoup plus facile de simplement tout oublier jusqu’à ce que je vous dise que vous pouvez vous rappeler. Vous ne vous rappellerez rien de ce qui est arrivé jusqu’à ce que je vous dise : « Maintenant, vous pouvez vous rappeler de tout ! ». Vous ne vous rappellerez de rien jusqu’à cet instant. Après avoir ouvert vos yeux, vous vous sentirai bien. Vous n’aurez pas de maux de tête, ni d’autres effets. Je vais maintenant commencer à compter à rebours en partant de vingt, et à cinq, pas avant, vous allez ouvrir vos yeux, mais vous ne serez pas complètement réveillé avant que je dise un. A un, vous serez réveillé… Un peu plus tard, je vais frapper sur la table avec un crayon. Lorsque je ferai ceci, vous allez vous lever de votre chaise et aller vers la chaise qui se trouve droit devant vous, et vous y asseoir.

Vous allez faire ceci, mais vous allez oublier que je vous ai dit de le faire, tout comme vous allez oublier les autres choses, jusqu’à ce que je vous dise : « maintenant, vous pouvez vous rappeler de tout ! ». Vous êtes prêt maintenant : 20-19-18-17-16-15-14-13-12-11-10 – Nous avons maintenant parcouru la moitié des chiffres 9-8-7-6-5-4-3-2-1.

(Si le sujet a ouvert les yeux) : - comment vous sentez-vous ? Est-ce que vous vous sentez parfaitement réveillé ? (Si le sujet est somnolent) : Ce sentiment va s’en aller bientôt. Vous vous sentez parfaitement réveillé maintenant.

(Si le sujet garde les yeux fermés) : - Réveillez-vous ! Réveillez-vous complètement ! Comment vous sentez-vous ? (Si le sujet est somnolent) : Ce sentiment va s’en aller bientôt. Vous vous sentez parfaitement réveillé maintenant.

L’opérateur frappe brièvement la table avec son crayon. (Allouez 10 sec)

(Si le sujet demeure assis) : - Veuillez vous asseoir dans la chaise qui est droit devant vous. Je veux vous poser quelques questions à propos de vos expériences.

(Si le sujet change de chaise) : - Pendant que vous êtes assis dans cette chaise, je veux vous poser quelques questions à propos de vos expériences.

→ Enregistrez le score pour la réponse post-hypnotique. Le score (+) pour la réponse post-hypnotique est n’importe quel mouvement partiel effectué en réponse au bruit du crayon.