Pratique de l’hypnose

Ma pratique de l’hypnose découle de ma pratique de la thérapie en générale, et j’utilise la transe hypnotique comme je travaille sur l’inconscient à partir de mes autres outils (thérapie brève, thérapie des schémas, rêve éveillé) dans mon cabinet à Bergerac.

L’hypnose est à la mode. Mais de mon côté, je suis venu à l’hypnothérapie par la pratique du rêve éveillé, outil tout aussi magique mais nettement moins connu (à Bergerac notamment).

Aussi, si j’utilise l’hypnose dans le cadre d’interventions ponctuelles, en particulier pour l’arrêt du tabac, c’est toujours dans un cadre thérapeutique plus large, avec l’objectif de rééquilibrer la relation entre conscient et inconscient.

Il me semble en effet essentiel d’affirmer que c’est à l’intérieur, dans notre propre psychisme, que l’on règle les conflits que l’on vit à l’extérieur, dans nos relations aux autres, le cadre familial, au travail... Cette croyance personnelle illustre la spécificité de mon travail d’hypnothérapeute, et plus généralement de thérapeute. L’hypnose ericksonienne constitue un outil puissant, que j’utilise pour les changements rapides qu’il autorise, mais toujours dans le but plus ambitieux de permettre à chacun d’accéder à ses propres ressources, son potentiel de vie.

Attention donc, même lorsque l’on n’a que pour ambition d’arrêter de fumer, on peut ressortir de mon cabinet de psychothérapie changé à l’intérieur, et l’ampleur des changements à l’extérieur qui en découleront dépend alors uniquement de la liberté retrouvée du sujet.

En pratique, redonner à chacune des parties qui nous constituent la netteté nécessaire à un fonctionnement harmonieux