Cabinet hypnose à Bergerac

Sommeil et hypnose

De nombreux patients victimes d’insomnies se tournent vers l’hypnose pour solutionner leurs problèmes : sommeil trop court, trop léger ou en pointillés, sommeil jugé insuffisant et peu réparateur, etc. En effet, l’insomnie (due à la pensée : stress, dépression anxieuse, etc.) figure parmi les nombreuses indications de l’hypnose. Et celle-ci s’avère être une thérapie très efficace pour les troubles du sommeil. Elle vise notamment à calmer l’anxiété par des suggestions de relaxation, puis à réaliser une véritable rééducation du sommeil.

Toutefois, l’insomnie pousse généralement la victime à s’empêcher de dormir, et l’incite à entraver ce processus naturel. Aussi, comme l’hypnose est assez proche du sommeil, il peut arriver que la victime tente également de contrôler le « lâcher-prise » lors de l’hypnose. Pour cela, le thérapeute devra avertir son patient et lui expliquer que l’hypnose et les suggestions ne nécessitent qu’un demi-sommeil pour être efficaces. Alors, cela vous concerne également et vous vous demandez si l’hypnose peut marcher pour vous en tant qu’insomniaque ?

Pour répondre à cette question, sachez que 100% de la population est hypnotisable ! Cette affirmation s’appuie bien évidemment sur des études, ayant permis la création d’un système de mesures fiables pour calculer la capacité de chacun à être hypnotisé. Dans le détail, il se trouve que 80% de la population est hypnotisable à un degré moyen, 10% de la population est hautement hypnotisable, et 10% de la population est faiblement hypnotisable. Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que l’on peut obtenir des résultats positifs puissants quelle que soit la profondeur de votre transe hypnotique.

Insomnie et hypnose

L’échelle de Stanford Form constitue notamment la référence des échelles de susceptibilité à l’hypnose. La technique se déroule en deux phases, l’une étant de donner au patient une induction hypnotique, c’est-à-dire une série de suggestion pour arriver à l’hypnose. L’autre étant, une fois le patient hypnotisé, de lui donner 12 suggestions spécifiquement définies par l’échelle de Stanford. Celle-ci est décomposée en 3 formulaires (A, B et C), chacune constitué de tâches motrices et cognitives et se composant de 12 suggestions de difficultés progressives.

Pour en revenir à notre sujet, tout le monde est ainsi hypnotisable mais à différents degrés. Ce qui n’a pas trop d’importance, car comme dit plus haut, l’on peut obtenir des résultats positifs puissants quelle que soit le degré de transe hypnotique. Alors, une autre question est souvent posée : peut-on s’endormir lors d’une séance d’hypnose ?

Pour répondre à cette question, il faut rappeler que l’état hypnotique n’est pas un sommeil mais un état qui s’en rapproche. Cette légère différence peut pourtant disparaître, notamment lorsque la détente induite par l’hypno-relaxation est très profonde, ou encore lorsque le sujet est fatigué. Toujours est-il que, même si le patient s’endort lors de la séance, il ne s’agira que de courtes périodes de sommeil. Et le thérapeute saura le maintenir en état hypnotique. Vous ne serez ainsi victime que d’une « micro-sieste ».

A savoir que, selon certaines expériences, un sommeil hypnotique de 15 mn équivaut à 3-4 heures de sommeil réparateur. Au-delà de 20 mn, ce serait trop long au risque de ne pas dormir la nuit suivante…